Soins funéraires : la thanatopraxie

La thanatopraxie est également appelée embaumement ou soins funéraires. Il s’agit de l’opération, pratiquée par un spécialiste, consistant à prolonger la conservation du défunt et à lui rendre des traits apaisés lors de la présentation du corps. Cette pratique est interdite par l’islam et la religion juive qui recommandent une toilette rituelle spécifique. Dans le cas du rite juif, les soins funéraires sont autorisés dans le cas exceptionnel d’un rapatriement en Israël. Pour les musulmans il est toléré pour le rapatriement du corps dans certains pays. Les orthodoxes et les bouddhistes prévoient également de ne pas faire appel à la thanatopraxie.

Pourquoi des soins funéraires?

soins funéraires

Deux raisons principales expliquent le recours aux soins dans le cadre d’obsèques. La première raison est la conservation du corps du défunt : dans certains cas, liés par exemple à la corpulence du défunt ou au temps d’attente avant la cérémonie, le corps peut se détériorer. Ceci rend plus difficile le travail de deuil, puisqu’il sera alors impossible aux proches de voir une dernière fois le défunt. Par ailleurs, avec l'âge, avec la douleur qui peut avoir accompagnée les derniers instants, le corps de l’être proche peut exprimer une souffrance, un mal être. Encore une fois, ceci vient compliquer le deuil en laissant une image douloureuse de quelqu’un qu’on a connu sous d'autres traits. Les thanatopracteurs rendront au défunt un visage apaisé.

La thanatopraxie : concrètement c'est quoi ?

Le procédé se déroule intégralement sur une table mortuaire. Par mesure de précaution, le thanatopracteur doit avant tout s’assurer de la condition et de l’identité du défunt. C’est libre de doute que le praticien peut alors enlever au défunt ses vêtements et de ses autres effets personnels. S’ensuit le lavage externe du corps, à l’aide de solutions désinfectantes. Puis, les yeux et la bouche sont refermés, en tentant de reproduire une expression aussi détendue que possible. Dans ce même but, le thanatopracteur peut raser, coiffer, et maquiller le défunt.

C’est là que les soins commencent véritablement : un liquide biocide de six à dix litres, généralement composé de formol, est injecté dans une artère, prévenant la décomposition du défunt. Un deuxième produit chimique est ensuite introduit par les différentes cavités du corps, dans le but de préserver les organes cavitaires. Si le corps est gravement déformé, on peut compléter le processus par un embaumement de surface. Enfin, le praticien n’a plus qu’à effectuer une dernière toilette, à nettoyer ses instruments et à rendre le défunt présentable pour la cérémonie.    

Avant de choisir la thanatopraxie !

Du fait du travail des thanatopracteurs, la physionomie du visage du défunt est modifiée. La plupart des proches sont heureux de revoir un visage qui correspond souvent à celui du défunt cinq ans avant leur décès pour les personnes âgées. Néanmoins il est important que vous soyez préparé à cette transformation sans quoi vous risquez d’être choqués.

Soins funéraires et séropositifs

SIDA et soins funéraires n'ont pendant longtemps pas faits bon ménage. Depuis 1986 les soins funéraires pour les personnes séropositives étaient strictement interdits. En cause le risque de contamination des thanatopracteurs. Rappelons que l'arrêté du 20 juillet 1998 intedisait les soins funéraires à la fois pour les personnes atteintes du VIH et celles atteintes d'hépatitte virale. Incorporé dans la loi santé de Marisol Touraine en 2015 (article 52 lors de l'examen de la loi en première lecture à l'Assemblée Nationale), le changement a eu lieu : l'interdiction est levée. Les défunt atteints du VIH ont donc le droit aux soins funéraires. Cependant, beaucoup de thanatopracteurs s'opposent fortement à cette disposition et demandent la remise en cause de la loi.

Thanatopraxie : étymologie

C’est André Châtillon, directeur de pompes funèbres français, qui utilise en 1960 pour la première fois le néologisme «Thanatopraxie. »  Ce nom nouveau est composé des mots grecs « thanatos » et « praxie ». Thanatos est une divinité grecque, personnalisation de la mort installée devant la porte des enfers. « Praxie » désigne un ensemble de mouvements coordonnés dans un objectif défini. Exercer la thanatopraxie reviendrait ainsi à agir sur la mort, à en modifier l’aspect et les effets. A partir de ce moment là et avec le développement de la thanatopraxie dans les années 60, c'est ce mot là qui va prendre le pas sur celui de soins funéraires. Il dispose notamment d'un avantage - pouvoir désigner la personne qui fait la thanatopraxie : le thanatopracteur !

Les soins funéraires de thanatopraxie dans votre devis

Comitam vous propose d’obtenir pour vous des devis de la part de pompes funèbres sélectionnées. Quand vous en ferez la demande, il vous est possible de préciser si vous souhaitez ou non procéder à des soins, la thanatopraxie étant optionnelle. Nous pouvons bien entendu vous assister dans ce choix. Dans les devis que vous recevrez, une ligne « soins » vous indiquera s’ils sont prévus. Dans les autres cas, l’entreprise de pompes funèbres vous proposera souvent une simple toilette et l’habillement du défunt.