Gestion des données numériques

L'essentiel

  • Les données numériques sont constituées de toutes vos publications sur le net, mais aussi de vos e-mails, données bancaires, cookies, etc.
  • Après un décès, il est généralement possible de fermer le compte, mais il est parfois compliqué de récupérer les données qui y étaient conservées
  • Grâce à la loi de 2016 sur la République numérique, vous pouvez laisser des directives et prévoir ce qu'il doit advenir de vos données numériques après votre décès

C’est une question qui n’a commencé à se poser que récemment : que deviennent nos données numériques après notre décès ? Nous laissons derrière nous toute une identité, composée d’identifiants, de photographies, d’e-mails, de données bancaires, etc. S’occuper de leur devenir après un décès fait aussi partie des démarches obsèques.

 

Les données numériques des réseaux sociaux

 

Facebook : Vous avez deux possibilités. Vous pouvez soit demander la suppression du compte, soit transformer en « mémorial ». Faire du profil du défunt un « mémorial » dissimule certaines parties pour protéger la vie privée de la personne décédée mais maintient le compte en ligne pour rendre hommage au défunt.

Le compte mémorial n’est plus visible que par ses amis Facebook, et permet notamment d’échanger entre proches. Il est interdit de se connecter à ce compte, qui ne peut être modifié. Aucun ami ne peut être ajouté ou supprimé. Les photos publiées par le défunt ne peuvent plus être modifiées ni supprimées.

Twitter : Twitter propose un formulaire pour les proches désirant supprimer le compte d’un défunt. Plusieurs justificatifs (acte de décès, lien avec le défunt, copie de la pièce d’identité du demandeur) sont à fournir.

LinkedIn, Snapchat, Tumblr : Pour les trois, un formulaire permet de désactiver le compte.

 

Les données numériques des sites de services

 

On pense plus facilement à ce qu’on laisse sur les réseaux sociaux qu’au reste de notre identité numérique, mais un grand nombre de données est concerné. Y compris vos données bancaires et vos messageries électroniques.

Banques en ligne : Chaque compte est lié à un numéro de carte de crédit. La carte est désactivée au moment du décès.

Paypal : Soyez rassuré, vous pouvez récupérer les fonds du compte Paypal d’un défunt, puis clôturer le compte. Contactez le service client Paypal.

Messagerie électronique : Pour un compte Gmail, il est possible de le supprimer après un certain temps d’inactivité. Passez par le « gestionnaire de compte inactif ». Chez Yahoo, vous pouvez aussi supprimer le compte, mais aussi demander le transfert des données.

 

Un héritage des données numériques ?

 

Certaines données posent des problèmes supplémentaires : il n’est pas seulement question de clôturer un compte, mais aussi de récupérer ce qu’il y a dessus. Musique, ebooks, photographies : pouvez-vous « hériter » des données numériques du défunt ?

Globalement, la réponse est non. Du moins, pas sans une longue et difficile procédure. Amazon, par exemple, ne transfère pas les livres Kindle aux héritiers d’un défunt. Il y a cependant des exceptions : Microsoft peut vous transférer les données stockées, qui sont envoyées au parent le plus proche. Une copie de l’acte de décès, un mail et un justificatif de votre parenté avec le défunt suffiront à obtenir les précieux souvenirs. En revanche, chez Apple, vous n’obtiendrez rien.

La loi de 2016 sur la République numérique prévoit la mise en place d’un système de directives qui vous permet de préciser vos volontés quand à ce qu’il adviendra de vos données au moment de votre décès. Il faudra toutefois attendre encore un peu avant que le système soit vraiment rôdé et appliqué.

En attendant, vous pouvez laisser vos identifiants et mots de passe à un proche. Et si vous ne souhaitez pas qu’ils accèdent à vos comptes, des sociétés existent pour les supprimer à votre place après votre décès.