Institut médico-légal

C’est à l’Institut médico-légal (ou IML) que se déroulent les examens post-mortem en cas de décès suspect ou violent. En France, il existe une vingtaine de services ou d’instituts pratiquant la médecine légale ; ils sont répartis sur tout le territoire. La liste des services de médecine légale en France (coordonnées et spécialistes correspondants) est consultable en ligne sur le site de l'INSERM. 

 

La réception des corps à l'Institut médico-légal

Un institut médico-légal reçoit les corps en cas de décès sur la voie publique, mort violente, pour des raisons d’hygiène ou lorsqu’il s’agit d’un corps non identifié. Les dépouilles sont conservées dans des chambres froides.

 Selon les circonstances de la mort, l’institut médico-légal peut procéder à une autopsie : cet examen est pratiqué par un médecin légiste expert et consiste à rechercher les causes du décès et son lien éventuel avec un accident ou un crime. L’autopsie peut s’accompagner d’examens toxicologiques ou radiologiques. L’autopsie donne lieu à un rapport qui est remis aux autorités judiciaires.

Les frais de transfert du corps vers l’Institut médico-légal sont gratuits. Les frais liés à l’étude du corps (autopsie, analyses diverses) sont pris en charge par la justice.

 

Récupérer un corps à l'Institut médico-légal

Il faut pour cela que l’Institut médico-légal un permis d’inhumer délivre à la famille du défunt. Elle doit régler la taxe de dépôt de corps et les frais de mise en bière. Il faut également demander à la mairie une autorisation de fermeture de cercueil. Si l’inhumation est prévue dans une autre commune, il est nécessaire obtenir une autorisation de transport de corps délivrée par la préfecture de police. Les frais propres aux obsèques (toilette mortuaire, transfert du corps vers une chambre funéraire, cérémonie religieuse…) restent à la charge des familles.