Mort violente : que faire ?

 

Accidents, suicides, catastrophes caractérisent la mort violente. Elle donne lieu à une procédure particulière : si vous suspectez ou  constatez un décès par mort violente, il faut immédiatement contacter le commissariat ou la gendarmerie la plus proche. En effet, en cas de mort violente ou suspecte, la Police judicaire ouvre une enquête sur les circonstances du décès ; le corps du défunt est alors pris en charge par l’autorité judiciaire, transféré et un rapport est remis au procureur de la République. 

 

 

Mort violente : et après ?

Dans le cadre de l’enquête judiciaire, le corps du défunt est transféré à un Institut Médico légal (ou IML) pour une autopsie afin de déterminer les causes de la mort. Lorsqu’elles sont établies, un certificat de décès est établi. C’est encore l’autorité judiciaire qui doit délivrer le permis d’inhumer afin que les proches du défunt puissent récupérer le corps à la morgue. La famille peut alors contacter les pompes funèbres pour organiser les obsèques.