La musique

Lors du déroulement des obsèques la musique permet de célébrer la mémoire du défunt  : à travers elle, les proches du disparu peuvent se remémorer sa personnalité, ses goûts et certaines périodes de sa vie. Dès l’antiquité, des chants funèbres accompagnent la cérémonie : ce sont les nénies. Les nénies étaient chantées par les parents du défunt ou par des chanteuses professionnelles. A cette époque, le cortège funéraire comporte également des musiciens. Au Moyen-Age, les chants grégoriens accompagnent la messe des morts et le dernier hommage rendu au défunt.

Le requiem

A l’origine, le requiem était une prière pour les âmes des défunts. Les textes de cette prière étaient chantés en grégorien. Par la suite, on ajouta aux voix des instruments ; le requiem devint alors une composition musicale accompagnant les funérailles religieuses. Le requiem n’est pas seulement catholique ; il peut être protestant, juif ou orthodoxe. Avec le temps, il s’affranchit de la liturgie pour devenir un genre musical à part entière. Au 19ème siècle, certains compositeurs (Berlioz, Verdi) ont écrit des requiem trop longs pour un service funèbre normal : ils n’étaient joués qu’en concert. Aujourd’hui, le requiem désigne toute œuvre musicale composée en l’honneur des morts. Il ne revêt plus seulement un caractère religieux. Ainsi, le requiem de guerre évoque la mémoire des personnes tuées en temps de guerre. Le Earth requiem a été composé en souvenir du tremblement de terre dévastateur dans la région du Sichuan en 2008. Il existe également des requiems athées.

Autres styles de musique

Recourir à la musique n’est pas seulement un moyen de célébrer le défunt ; elle contribue également à l’atmosphère générale de la cérémonie, qu’elle soit laïque ou religieuse. Mais le choix d’une musique peut simplement correspondre à la volonté exprimée par le défunt. Dans le cas d’une cérémonie catholique, le choix de la musique peut être soumis à l’accord du prêtre.

La musique classique

La musique classique inclut des morceaux religieux comme l’Ave Maria (Gounod), le Miserere (Allegri) ou les requiems de Mozart, Verdi ou Saint Saëns. La musique classique profane offre également de nombreux morceaux compatibles avec une cérémonie funèbre : la Sonate au clair de lune (Beethoven), Sérénade, le chant du cygne (Schubert), Adagio pour cordes (Barber), Clair de lune (Debussy)…

Chansons contemporaines

Face à un choix quasi illimité, il reste important de sélectionner les musiques qui reflèteront le mieux la personnalité du disparu, ses goûts et les différentes étapes de sa vie. Le choix d’une chanson peut également manifester l’attachement des proches au défunt et symboliser un ultime hommage. Les paroles de certaines chansons populaires peuvent entrer en résonnance avec cet hommage. Vous pouvez en retrouver certains extraits sur de nombreux sites. Parmi les morceaux souvent choisis pour les funérailles, certaines chansons populaires : le paradis blanc (Michel Berger), Puisque tu pars (Jean-Jacques Goldman), What a wonderful world (Louis Armstrong), Con te partiro (Andrea Bocelli), Ne t’en va pas (Linda Lemay)…

Engager des musiciens

Aujourd’hui, certaines sociétés offrent aux familles la possibilité de faire appel à des musiciens professionnels qui joueront pendant la cérémonie. Il est possible de sélectionner des musiciens (violonistes, guitaristes, accordéonistes…) mais également des chanteurs (art lyrique, chorale …), le type de musique souhaitée (classique, jazz, variété…) et le lieu (église, crématorium ou cimetière).