Les différentes matières disponibles pour son monument funéraire

Alors que le marbre était encore la norme il y a quelques années pour les pierres tombales, le granit a peu à peu pris sa place. Les marbriers funéraires proposent un vaste choix de modèles et de couleurs qui permettent de personnaliser une tombe. D'autre matières continuent néanmoins d'être utilisées dans certains cimetières.

Les monuments en granit

Les principales différences d'une sépulture en granit à une autre sont la forme et la couleur. Pour pouvoir proposer toujours plus de modèles aux familles, les marbriers se sont mis à développer le nombre et l'origine de leurs fournisseurs. En particulier grâce à des achats faits en Inde, en Chine, au Brésil ou en Russie, la gamme des couleurs s'est étendue. Gris, bleu, noir ou même rose les familles ont maintenant un choix important. A cela s'ajoute les différences plus subtiles de coloris du granit dus à la répartition des trois différents minéraux qui le compose.

Les formes peuvent également différer. Tout à fait plate ou en pente douce, aux bords carrés ou arrondis, cela vous permettra de finaliser votre choix et de décider d'une solution correspondant parfaitement à l'image du défunt et de l'hommage que vous souhaitez lui rendre.

Le granit est par ailleurs plus résistant et ne demandera aucun entretien.

Sépulture en marbre et en monument funéraire en pierre


Le marbre, contrairement à une image très partagée est relativement rare dans les cimetières. Il a presque entièrement disparu puisqu'il est beaucoup plus fragile : sensible à la pluie il dure moins longtemps quand il est soumis, par exemple, à la pluie. De plus, les couleurs du marbre sont plus restreintes et les choix disponibles sont donc moins importants. Il a donc laissé sa place au fur et à mesure au granit. L'appellation de marbrier pour les artisans assurant la pose des monuments funéraires est trompeuse à cet égard.

Dans certains cimetières la pierre reste la norme. Pour respecter l’homogénéité de certains cimetières historiques ou de carrés de cimetières très anciens, les communes peuvent imposer l'utilisation d'une pierre spécifique.