Rapatriement de corps

Les rapatriements sont devenus très fréquents. Ils concernent deux cas principaux : les rapatriements hors de France pour les personnes souhaitant être inhumées dans leur pays d’origine ou les français qui décèdent à l’étranger. Il s'agit des transports de défunts les plus onéreux. Dans ce cas, en général, il s'agira d'un rapatriement en avion. Mais il est également possible d'effectuer certains rapatriements en voiture.

Phénomène croissant

Le rapatriement est un phénomène croissant. En effet, les familles sont de plus en plus dispersées et de plus en plus mobiles. Il n’est pas rare qu’une personne âgée soit décédée dans une maison de retraite ou un hôpital qui ne correspond à aucune de ses attaches familiales ou culturelles. Dans ce cas, les familles ont tendance à rapatrier le défunt au cimetière du lieu où il a vécu. Du fait de la distance croissante les familles rapatrient parfois le défunt proche de leur propre lieu d’habitation de manière à pouvoir aller se recueillir sur sa tombe. Enfin, il arrive que les proches préfèrent voir le défunt enterré au même endroit que le reste de la famille pour des raisons sentimentales et pratiques.

Il n’est pas rare non plus que les défunts soient rapatriés pour des raisons religieuses ou culturelles. C’est notamment le cas des rapatriements en Israël ou dans les pays où l’islam est religion d’Etat.

Aspect pratique

Certaines conditions légales s’imposent pour pouvoir rapatrier le corps d’un défunt. Un minimum de 22mm d’épaisseur du cercueil est requis, les soins funéraires sont obligatoires. Certaines formalités doivent être remplies. Les opérateurs de pompes funèbres sont compétents pour toutes ces questions qui sont complexes à gérer dans un court laps de temps. Dans le cas d’un décès à l’étranger et d’un rapatriement en France il est recommandé d’en faire la déclaration au consulat de manière à ce que le décès soit indiqué sur l’acte de naissance du défunt.